14 juil. 2014

[Fr] Poupées russes ¤ [En] Matryoshka Dolls

Source
[Fr]

[En]

Une idée me trottait dans la tête depuis un moment, un sacré moment. Seulement, cela n’a jamais été qu’une fausse bonne idée, jusqu’à ce que… je trouve enfin le bon fil rouge !

Je ne suis pas très sûre de savoir ce que la rédaction de mon précédent post a déclenché, toujours est-il que je tenais le bon bout : il y aura une pseudo-suite à Rêve…

Rêve… fut construit sur deux poèmes, la pseudo-suite le sera sur Rêve…

En tout cas, c’était l’idée de base. Il s’avère que la suite de mots sera construite sur une citation de Rêve… ET une autre de Pesanteur.

An idea has been running through my mind for a while, quite a damn long while. Problem is, it never was but a wrong good idea until… I finally found the right underlying theme!

I’m not quite sure what the writing of my last blogpost triggered, the fact remains that I was on the right track: there will be a pseudo-sequel to Rêve…

Rêve… was built on two poems, the pseudo-sequel will be on Rêve…

It was the basic idea anyhow. It turns out the series of words will be built on a quote from Rêve… AND another from Pesanteur.

Rêve... 
Collection A Majuscule | BookStory

Cela vous fera peut-être penser à Edgar Allan Poe et à son fameux poème The Raven (1845) qui renvoie à un autre Lenore (1843).

Le poème Lenore est centré sur la possibilité pour le narrateur et sa fiancée mourante de se retrouver au paradis ; The Raven s’achève sur le narrateur demandant au corbeau s’il reverra Lenore au Paradis.

Les deux poèmes sont indissociables.

Maybe it will remind you of Edgar Allan Poe and of his infamous poem The Raven (1845) referring to another Lenore (1843).

The poem Lenore is focused on the possibility for the narrator to meet again his dying fiancée in Paradise; The Raven ends on the narrator asking the raven if he would see Lenore again in Paradise.

Both poems are indissociable.

The Raven (1858)
Illustration de John Tenniel (1820-1914)

Allusion très lointaine à Edgar Allan Poe à part, la nouvelle suite de mots en cours de rédaction, basée sur au moins une citation de Rêve… et Pesanteur, s’intitule Echo…

Il y a plusieurs raisons à cela, mais pas de bol pour vous, les deux évoquées juste au-dessus seront les seules à l’être.

Quite a remote reference  to Edgar Allan Poe aside, the new ‘onwriting’ series of words, based at least on one quote from Rêve… and from Pesanteur, is entitled Echo…

There are quite a few reasons to this, but though luck for you, the two evoked just before will be the only ones.

Portrait de Edgar Allan Poe (circa 1849)
Reproduction d'un daguerréotype ayant appartenu à Sarah Anna Lewis

Si je ne vous donnerais évidemment pas ni la fin – déjà rédigée – ni l’intrigue, sachez toutefois que la citation d’introduction sera un poème de Sappho, qui n’a strictement rien à voir avec les extraits de Charles Baudelaire et de Edgar Allan Poe sur lesquels je n’arrivai pas à me décider.

Though I obviously won’t give you the end – already written – nor the plot, you should know however that the introductive quote will be a poem by Sappho, which has absolutely nothing to do with the excerpts from Charles Baudelaire’s work and from Edgar Allan Poe’s work on which I couldn’t decide.

Sappho embrassant sa lyre
Peinture de Jules Elie Delaunay (1828-1891)

Par contre, tout comme Rêve…, Echo… aura une ambiance gothique néo-romantique, il y aura une métaphore filée liée à l’escrime (comme quoi, la petite balle jaune n’est pas la seule à piquer mon intérêt) et je vous laisse les six premières lignes de ma nouvelle suite de mots :

On the other hand, just like Rêve…, Echo… will have a neo-romantic Gothic atmosphere, there will be an extended metaphor linked to fencing (which shows that the small yellow ball isn’t my only interest) and I will leave you with the six first lines of my new series of words:

La Lune pour soleil.
Le Soleil pour lune.
Rythme circadien bouleversé.
Un cœur inerte pour une vie sans couleur, ni saveur.
Ou presque.
Vie teintée de grenat, au goût métallique.
The Moon for sun.
The Sun for moon.
Upside down circadian cycle.
An inert heart for a colourless and tasteless life.
Or nearly so.
A life tinged with garnet, a bleak life tasting of metal.




Enregistrer un commentaire