22 mars 2014

[Fr] Il était un Robot... ¤ [En] Once Upon a Robot...

ASIMO - Honda's humanoid robot ASIMO at the Deep Space of the Ars Electronica Center

[Fr]


[En]

S’il y a un univers littéraire que j’adore, c’est bien la science-fiction.
Ce n’est pas parce que Baudelaire et Poe sont mes auteurs fétiches que je ne jure que par le gothique et le romantisme, loin de là ! Mes premières lectures – non forcées par une incitation parentale ou scolaire – tournaient principalement autour de la SF et de la fantasy.

If there is any literary universe that I do like, it is science fiction.
Though Baudelaire and Poe are my favorite authors, it does not mean that I swear by Gothic and Romanticism, far from it! My first reading – non-binding by any incitation from the parents or the school – mainly revolved around scifi and fantasy.

On passera sous silence les bouquins de Barbara Cartland que j’ai dévorés très jeune – par ennui et surtout parce qu’à l’époque les policiers de la bibliothèque parentale ne me tentaient pas, et encore moins la poésie et certains classiques.

Le souvenir des bouquins de Cartland me font toujours cet effet… heu… comment dire… singulier avec un drôle d’arrière-goût, et je dirais même plus, sarticulièrement pingulier avec un grôle d’arrière-doût.
M’enfin ! Passons ! Revenons à nos sangliers, par Toutatis !

Let’s overlook Barbara Cartland’s poster flatteners I devoured at a very young age – out of boredom and mostly because at the time I didn’t feel like reading thrillers from the parental bookcases, poetry and certain classic even less.

The remembrance of Cartland’s poster flatteners always has this… huh… how could I put it… queer with a funny after-taste effect, and to be precise, tueer with a qunny after-faste.
What the...! Moving on! Back to the point, by Toutatis!
J’aime la SF/l’anticipation, je me shoote à grand renfort de livres, de films ou de séries.
Seulement voilà, si j’aime toutes ces histoires, je n’ai pas franchement envie de me retrouver avec un Cylon sur le pas de ma porte, un clone qui vivrait à ma place, un pote dont les parents auraient eu la connerie de concevoir naturellement sans avoir recours à l’eugénisme ou encore une date d’expiration à 30 ans.
Les amateurs de SF auront reconnu les références faites à la série Battlestar Galactica, aux films Clones et Bienvenue à Gattaca et au roman L’âge de Cristal.

I like scifi/anticipation, I get a fix with a whacked load of books, movies and series.
But here the thing, if I love all those stories, I really don’t want to find a Cylon at my doorstep, to have a surrogate living my life, to have a buddy whose parents would have screwed up by conceiving naturally without resorting to eugenics or to have an expiration date at age 30.
The scifi lovers will recognize the references made to the Battlestar Galactica series , to the Surrogates and Welcome to Gattaca movies and to the Logan’s Run novel.


Je ne me pencherai pas dans ce post sur des questions purement éthiques et/ou de transgression qui tournent autour de l’eugénisme et de l’euthanasie. Sinon il faudrait alors aborder d’autres problèmes relatifs au contrôle des masses tel que Big Brother, la religion ou le principe du « pain et des jeux » plus vieux que César et sa Rome antique.
Cela dériverait alors fatalement sur la désinformation et le totalitarisme du roman 1984 et du film Le Soleil Vert – vérifier bien le contenu de votre assiette, Hannibal Lecter pourrait bien vous tromper ; sur l’absurdité des mondes où la paix se gagne à coup de compétitions et de jeux extrêmement violents, cf. le roman Acides Sulfuriques, la trilogie Hunger Games ou les films Rollerball et Course à la mort ; ou carrément sur un monde où le contrôle total du peuple passe par la suppression médicamenteuse des émotions comme dans Equilibrium.

In this post, I will not address strictly ethical and/or transgressive issues revolving around eugenics and euthanasia. If so, I would have to address other crowd-control related issues such as Big Brother, religion or the “bread and circuses” principle older than Ceasar and his Ancient Rome.
It would then automatically drift to the disinformation and totalitarianism of the 1984 novel and the Soylent Green movie – better watch the content of your meal, Hannibal Lecter could be deceiving you; to the absurdity of worlds where extremely violent tournaments and games are the price of freedom, cf the Sulphuric Acid novel, the Hunger Games trilogy, or the Rollerball and Death Race movies; or straight to a world where mind-altering medication suppressing emotions is used to enforce a strict regime just as in Equilibrium.

La SF/l’anticipation est un genre extraordinaire, on peut y explorer des situations extrêmes et extrapoler en se basant sur les techniques actuelles ou à venir. Le problème se pose quand la situation extrême n’est plus tellement au-delà du réel.

Scifi/anticipation is an amazing genre, extreme situations and extrapolations based on current techniques or techniques to come can be explored. The problem is when extreme situations are not so much out of the unknown.

Ce que la robotique (en gros, tout ce qui est programmable et/ou programmé pour une tâche précise) a permis de réaliser est tout aussi extraordinaire, et omniprésente avec les robotiques militaire, médicale, industrielle, domestique et de laboratoire – tellement omniprésente qu’on ne s’en rend plus forcément compte au quotidien.

Robotics (basically anything programmable and/or programmed to perform one specific task) is just as amazing, and everywhere with the military, medical, industrial, household and lab robotics – so much so we may not fully realize their presence on a daily basis.

Seulement voilà, quand l’électronique s’immisce partout et qu’on centralise tout ce qui peut s’automatiser dans une voiture / une maison / un immeuble / un complexe, je me dis que c’est sympa, pratique mais pas forcément très fute-fute ; quand mon phone est à la limite de me faire du café ou mon Mocha préféré made in Starbucks, je commence à me dire qu’il faut pas pousser mémé dans les orties ; quand la reconnaissance vocale / optique / digital est le seul moyen d’ouvrir une porte, démarrer une voiture, allumer un ordinateur ou quoi que ce soit d’autre, je croise les doigts pour ça ne devienne pas la norme ; et quand le robot devient humanoïde et a pour but de servir d’aide à la personne comme ASIMO (projet japonais) ou de d’assistant et de compagnon personnel comme ROMEO (projet français) ou NAO (projet français), je ne peux pas m’empêcher de penser à des films comme I, Robot, Clones, A.I. : Intelligence artificielle, Blade Runner, Sleep Dealer, Wall-E

But here the thing, when electronics meddle with everything and centralize everything that can be automatized such as cars / houses / buildings / compounds, I think it’s neat, practical but not really brainy; when my cell phone is nearly able to brew me coffee or my favorite Mocha à la Starbucks, I’m starting to think that’s pushing it a bit too far; when voice / optic / print scans are the only way to open doors, to start car engines, to turn on computers or anything else, l just hope it will not become the norm; and when robots get humanoid-like and aim at being an assistant for persons in need like ASIMO (Japanese project) or at being a companion and a personal assistant like ROMEO (French project) or NAO (French project), I can’t help thinking about movies such as I, Robot, Surrogates, A.I.: Artificial Intelligence, Blade Runner, Sleep Dealer, Wall-E


Bon, faut l’avouer, on est encore très loin des visions futuristes et dystopiques de A.I. ou de Wall-E, mais pour les autres… disons qu’à chaque fois que je vois un reportage/documentaire sur les nouveaux gadgets électroniques ou un robot humanoïde tel que ASIMO, si une partie de mon cerveau sait apprécier et s’émerveiller de l’ingéniosité derrière de telles innovations, une autre ne peut s’empêcher d’en être méfiante voire même rebutée.

Yet, I gotta admit, the futurist and dystopian visions of A.I. and Wall-E are still a long, long way from us, as for the others… let’s say that every time I watch a coverage/documentary about new electronic gadgets or a humanoid robot like ASIMO, though there is a part of my brain that can appreciate and marvel at the ingenuity behind such inventions, another can’t help being suspicious, put off even.

J’ai sûrement une vision pessimiste de ce que sera notre futur, un peu exagérée, voire carrément à côté de la plaque… peut-être bien.
Je n’ai rien contre la technologie, au contraire ! Mais est-il vraiment nécessaire que tout soit connecté, que la machine se substitue à l’homme pour la tâche la plus simple (assistance à la personne à part) ?

I’m pretty much being pessimistic about our future, a tad excessive, getting the wrong end of the stick even… maybe.
I have nothing against technology, quite the opposite! But is it really necessary for everything to be connected, for a machine to take the place of a human being for the simplest task (assistance for persons in need aside)?

J’aime la SF/l’anticipation, mais les histoires de robots que j’adore, je préfère qu’elles restent fictives et pourtant les univers de I, Robot et Clones ne me semblent pas si lointain que ça…

Et ça me chiffonne, pas vous ?

I like scifi/anticipation but I would rather have the robots stories I love to remain fictitious and yet, the universes of I, Robot and Surrogates do not seem that far-off…

And that got me worried. Where do you stand on this?

Enregistrer un commentaire